• Mathieu Blanchard

Mais qu'est-ce qui me différencie de l’animal ? TNBT 2019 Guadeloupe Compte Rendu


La navette vient de quitter Petit Bourg pour nous conduire au départ de cette course, à Pointe Noire. Sur la route de la Traversée sinuant au milieu de la jungle, la cérémonie de l’anti-frottement commence. Un rituel simple qui teinte l’ambiance d’une atmosphère humoristique. Une certaine confiance se diffuse après presque deux mois de progression, de travail et d'excellentes sensations. Le loup en moi se sent fort, ce matin, face aux terribles Traces Nord Basse Terre de Guadeloupe

Mais qu'est-ce qui me différencie de l’animal ?


La chaleur monte, la boue nous couvre le corps de son poids


Boue, chaleur, sable... les principaux obstacles sont franchis armé de cette habituelle positivité d’esprit.


Focus

Et pourtant...mon cœur s’affaiblie ici. Je me bats et je donne tout pour faire ce pas supplémentaire. Je tombe à terre, il m'est impossible de ramper. Dans l’incompréhension et la souffrance, mon corps dit stop à Sofaïa. Après 45km je rends les armes. Les premières pensées me conduisent vers cette incontrôlable sensation d'échec et de fragilité, faisant pleurer mes yeux. Mais cette émotion ne prouve pas que l'amélioration est maintenant figée. Simplement qu'aujourd'hui, malgré toute la force que j'avais en moi, l'animal s'était finalement tu.


Incompréhension et souffrance

Je me sentais fort comme un loup ce matin, je suis faible comme un canard boiteux ce soir. Forme, effort, stratégie, nutrition, soutient... tout était pourtant en contrôle. Identifier les faiblesses dans le procédé, trouver les erreurs, analyser, corriger, progresser, recommencer, réussir... c'est finalement ce qui me différencie de l'animal. Si je ne suis pas engagé dans cette quête, alors... suis-je si différent ?


Profitons de nos faiblesses aussi bien que de nos forces pour atteindre nos rêves. Nos cœurs peuvent alors s’apaiser puisque l'échec fait naturellement partie du procédé. Relevons-nous, progressons, écoutons nos passions, soyons toujours intéressés par le défi, si modeste soit-il, c'est notre véritable possession dans les prospérités changeantes du temps.


Le lendemain à Malendure, c’est avec un regard morne et un esprit agité que je contemple cette grande sphère d’eau sur la plage de mes tout premiers pas. Le temps d’un instant, nous allons arrêter de parler, s’exprimer corporellement, nous détacher de la force de pesanteur qui amplifie le mal. Connexion à l’instant présent, nous admirons la paisibilité de cette tortue verte et de ce requin dormeur qui nous invitent dans leur écosystème infini. Équilibre vers un état de plénitude, impermanence de la vie, l’esprit se calme.


Une bouffée d'air

Requin dormeur, l'âme paisible

La main de l'iguane de l’île Petite Terre

L'oeil confiant

Balance


176 vues

Copyright © 2020 Mathieu Blanchard

  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube
  • strava